[TUTO] Taiko No Tatsujin : Hori PS4-095 Taiko Drum Controller mod

Amateur de jeux de rythme, je me suis récemment procuré l’opus PS4 de Taiko No Tatsujin, et histoire d’avoir les vraies sensation approchant celles de la borne, j’ai opté pour ce véritable contrôleur officiel Hori PS4-095.

Malheureusement, malgré la classitude de cette manette, elle est critiquée par les joueurs pour son cruel manque de sensibilité, rendant certaines manipulations difficiles à réaliser, et de manière générale l’expérience peut s’avérer moins agréable pour certaines personnes s’il faut frapper vraiment fort sur le tambour pour que la commande soit enregistrée par les capteurs.

Pas de panique, on va faire comme d’hab, on va lui ouvrir le ventre et réparer tout ça.

La table d’opération est prête. Il faut aussi une perforeuse qui n’est pas sur la photo.

Le tutoriel du jour concerne donc un mod pour ce contrôleur qui permettra d’augmenter la sensibilité du capteur, améliorant considérablement le confort de jeu. C’est un peu long et fastidieux à réaliser mais ça sera toujours plus rentable que d’investir dans un Taiko Force LV5 ! ( j’en rêve… ) Et en bonus une vidéo comparative à la fin de l’article.

Dongyaa~~!!

Shopping List

Il va sans dire qu’il vous faut le contrôleur PS4-095 mais en réalité cette modification fonctionne à peu de choses près de la même façon pour d’autres versions du contrôleur comme la version Nintendo Switch NSW-079, ou même la version Wii U WIIU-067.

  • 1 plaque de caoutchouc adhésif d’1 mm d’épaisseur. On peut en trouver sur ebay par exemple.
  • 1 disque de liège de 19 cm de diamètre et 1 cm d’épaisseur. Les dessous de plat HEAT de chez IKEA correspondent exactement à ces dimensions, coûtent une misère et se trouvent partout.
  • Un gros cutter, un marqueur, un simple tournevis Phillips T0 et une perforeuse à papier de 5.5 mm.
Les dessous de plat IKEA, le must-have de tous les otakus.

Démontage du contrôleur

Si votre contrôleur est déjà assemblé, démontez-le pour n’avoir plus que la partie circulaire principale.

Retournez le tambour et dévissez les 5 vis T0 qui ferment le boîtier. Il n’y a rien d’autre à dévisser.

Attention car il y a plusieurs câbles de branchés qui empêchent l’ouverture complète du boîtier, retirez les 3 petites nappes reliées par des fils bleus et noirs afin de pouvoir ouvrir en grand.

En théorie les nappes que vous venez de débrancher ont été marquées au crayon par les opérateurs qui ont monté le contrôleur afin de repérer l’ordre de branchement des nappes. C’était le cas sur le mien en tout cas. Sinon repérez ou marquez-les pour ne pas vous tromper au remontage.

Maintenant il faut retirer la « peau » du tambour et pour cela il faut déloger les ergots en caoutchouc qui la retiennent sur la périphérie. C’est assez dur pour les doigts mais allez-y doucement quand même car à force de tirer dessus il est possible de les endommager.

Observez bien le sens des encoches, et ne forcez pas comme des brutes et regardez comment c’est fait !

Une fois la surface détachée, vous devriez voir la plaque perforée avec les capteurs juste en-dessous.

Si vous la soulevez — par en bas vu qu’il y a une nappe qui alimente les capteurs en haut — vous trouverez une cale en mousse qui est notre premier problème à régler.

Touche du bois

Nous allons donc remplacer la mousse par une plaque de liège qui aura une bien meilleure réponse et une sensation plus authentique à la frappe.

Superposez la mousse sur votre support en liège et constatez comme ces dessous de plat sont littéralement prévus pour ça. Moi je dis à ce point là c’est louche. #complot

Dessinez les bords de la plaque pour avoir des repères et attaquez-la au cutter. Je vous préviens il va y en avoir partout. Perso j’aime bien l’odeur du liège donc ça va…

Essayez d’avoir quelque-chose d’à peu près régulier mais le liège est très friable donc n’espérez pas avoir des lignes propres, ça n’est pas très grave si c’est un peu brouillon.

En théorie votre œuvre devrait être pile à la bonne taille pour prendre la place de la plaque de mousse.

À noter qu’il est important de bien respecter l’espace en bas qui sert à glisser la couverture du tambour. Une plaque qui laisse trop peu d’espace à cet endroit rendra la fermeture compliquée et pourrait causer  des problèmes de détection.

Des p’tits trous, des p’tits trous

L’une des raisons qui fait que le capteur se déclenche mal lors des frappes « don » est cette curieuse idée d’avoir fait des trous dans la plaque pour des picots si petits sur le dessous de la « peau » du tambour. Pour rectifier ça nous allons boucher les 278 trous de la plaque avec du caoutchouc adhésif.

Allez, plus que 277 !…

Oui vous avez bien lu, 278. C’est très long. Votre santé mentale risque d’y passer avant la fin.

Utilisez votre perforeuse préférée pour pocher votre plaque de caoutchouc avec des dizaines de trous d’environ 5.5 mm. Récupérez les chutes, retirez la languette adhésive et replissez les trous au fur et à mesure.

One Eternity Later

Une fois votre plaque entièrement colmatée, prenez un peu l’air, admirez votre travail et préparez-vous pour la suite, car le plus pénible reste à venir.

Un peu insensible ( sur les bords )

Maintenant attaquons-nous aux bords qui portent les capteurs responsables des notes « kat ». Tout comme la façade il y a de gros soucis de détection et pour régler le problème nous allons opérer le même genre d’astuce à base de caoutchouc adhésif.

Les pads noirs sont les capteurs en question, même souci que pour la façade, trop loin de la surface de contact.

Découpez des petites bandes de caoutchouc adhésif d’environ 3 x 8 mm qui viendront surélever la surface de contact des capteurs.

Collez-les sur chaque capteur en essayant de bien rester au centre, puis remontez-tout et priez que tout fonctionne du premier coup.

Je dis priez car en ce qui me concerne cette partie a été très laborieuse, les capteurs étaient trop compressés une fois la « peau » refermée et cela provoquait une pression continue sur les capteurs, le contrôleur considérait alors que les boutons étaient tout le temps enfoncés.

Il m’a fallu procéder par tâtonnement en réduisant la surface des pads en caoutchouc jusqu’à ce que la tension de la peau soit juste suffisante pour ne pas déclencher le contact. À force de démonter / remonter le contrôleur, ajuster les pads et tester, j’ai fini par arriver à un résultat stable et satisfaisant mais malheureusement ça n’est pas une science exacte.

Et ça m’a niqué les doigts cette saloperie — en plus de ma collection de pin’s à la con.

Oui les « drum-sticks » sont gravés. C’est trop cool !

Résultat: Avant / Après

Pour faire mes tests, j’ai utilisé le très simple outil HTML 5 Gamepad Tester. Voici une vidéo comparative du contrôleur avant / après, la différence est vraiment flagrante ! Et le plaisir de jeu est incomparable, on peut enfin simplement profiter du jeu sans être constamment frustré des erreurs de détection.

Voilà, maintenant tout le monde peut profiter du TataCon !  Enjoy !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.